Conduire les derniers modèles d’automobile pour moins de 300 € par mois et pouvoir en changer dans quelques mois, c’est la nouvelle mode lancée par les concessionnaires. C’est ce qu’on entend par de la LOA ou de la LLD, laquelle peut être conjuguée avec une option d’achat. Cela est d’ailleurs adopté actuellement par plus d’un ménage sur 5. Mais est-ce vraiment une bonne alternative ? La location est-elle moins chère que l’achat d’une auto neuve ? Y a-t-il des précautions à prendre ?

Les atouts de séduction de la location longue durée

Si vous voulez rouler dans une nouvelle voiture haut de gamme, comme une Audi, une Volvo, une Porsche ou une Mercedes, alors une location longue durée peut être une solution. Vous pourrez même bénéficier des dernières options, comme les sièges chauffants. Toutefois, contrairement aux apparences, la voiture ne vous appartiendra pas. La LOA, une location avec option d’achat, peut être engagée sur une période variable de 24, 36, 48 mois, voire plus. Pendant cette période, le véhicule ne doit pas dépasser un certain kilométrage. Pour durée de 36 mois, la limite est généralement de 30 000 km, soit environ 10.000 km par an. Or, en moyenne, le Français roule 15.000 km chaque année. À la fin du contrat, il peut cependant racheter le véhicule. Ce service revient généralement mensuellement entre 200 à 600 euros, selon le modèle de l’auto et l’échéance prévue du contrat. Dans tous les cas, cette alternative reste moins chère comparée à l’achat avec un crédit auto.

Ce type de financement promet d’ailleurs bien d’autres avantages. En effet, il inclut tout l’entretien : les révisions, et toutes les éventuelles choses à faire, comme les plaquettes, l’usure, etc. Ainsi, pour une location longue durée volvo sans apport par exemple, vous pourrez rouler dans du neuf avec l’entretien inclus. C’est d’ailleurs l’option retenue par 85% des fans de Volvo.

Précautions à prendre vis-à-vis de la LLD

A première vue, LOA et LLD semblent donc être moins onéreuses que l’achat d’une auto à crédit. Mais fait-on réellement des économies ? En exemple, en effectuant 10 000 km par an, il est effectivement plus rentable de passer par une LLD. Cela est vérifié par le budget total, qui est d’environ 20 % moins chers, qu’en souscrivant un crédit auto classique. Sur de faibles kilométrages, avantage donc à la location.

Mais il faut toutefois faire preuve de prudence. En effet, en fin de contrat, la voiture doit être rendue sans aucune égratignure. En cas dégradation du véhicule rendu, des dommages importants peuvent vous être réclamés. Donc, il faut tenir compte des possibles surcoûts financiers. Par exemple, pour la moindre éraflure, le concessionnaire peut réclamer une certaine somme pour le besoin de remise en état de la carrosserie. De plus, les réparations peuvent être hors de prix. Par exemple, si l’assise du siège est légèrement tachée. Le concessionnaire peut facturer le nettoyage ou le remplacement. La solution est donc de souscrire à une assurance complète. En effet, bien que la location longue durée soit généralement accompagnée par une assurance, celle-ci ne concerne que la responsabilité civile.